Quand et comment peut-on augmenter le loyer de son locataire ?

La révision d’un loyer offre plusieurs avantages tels que la hausse des revenus, plus de capital pour des projets, etc. Toutefois, des lois encadrent cette pratique afin de régulariser les contrats de location. Ceci afin de protéger les locataires d’un loyer exorbitant et les propriétaires des sous-évaluations.

À quel moment la loi me permet-elle d’augmenter le loyer ?

Dans un contrat de location formelle, le propriétaire possède le droit d’augmenter son loyer à chaque anniversaire du contrat. Ce qui signifie qu’un locataire ne verra son loyer n’augmenter qu’au bout d’une année de location au minimum. Donc, une augmentation de loyer ne doit en aucun cas surprendre un locataire vu que celui-ci dispose de temps pour s’y préparer. Mais d’autres formes de surenchérissement de loyer peuvent être envisagées pour procéder à une révision. À titre d’exemple des rehaussements mensuels calculés à partir des inflations peuvent intégrer le bail. Cela dit il sera difficile de trouver des locataires avec ce type de contrat. En effet, une augmentation sera toujours difficilement acceptable pour les occupants.

Des seuils régissent les augmentations de loyer

La révision d’un loyer est soumise à une tarification communément appelée Indice de Références des Loyers (IRL). Ceci permet de standardiser le coût des loyers d’une zone et les revalorisations qui y ont lieu. Cet indice subit une majoration annuelle dont cette dernière permet aux bailleurs de renchérir son loyer. Effectivement, il est tout à fait légal de procéder à des augmentations du prix des loyers selon ce taux. En outre, le renouvellement d’un contrat peut se passer de l’IRL si l’ancien contrat a été sous-évalué. Par le fait que le manque à gagner de l’ancien bail permet aux logeurs de se passer de l’IRL à une certaine mesure. Dans ce cas, il en revient aux preneurs de s’informer du cours de l’IRL de la localité.

Comment présenter les aspects positifs d’une hausse de loyer à ses locataires ?

Lorsqu’il s’agit d’une augmentation, il est toujours conseillé de justifier les causes de celle-ci. Pour ce faire, le choix entre de nouveaux services, des rénovations ou des parkings peuvent être proposés aux locataires. Indéniablement, ces propositions doivent être moins couteuses que l’augmentation sinon cela ne servirait à rien pour le propriétaire. Sachant que l’entretien permet de rester compétitif sur le marché des locations. Et que les réparations font partie intégrante de l’entretien du titulaire. Il est judicieux de proposer des services pour couvrir les hausses.

Contrat de location : quelles sont les clauses obligatoires ?
Comment fonctionne le dispositif d’encadrement des loyers ?